Pour tout comprendre et tout savoirPour tout comprendre et tout savoir

Qui, que, quoi, où, comment et pourquoi ?

Comment prévenir le syndrome de glissement chez les seniors ?

Chez un être cher plus âgé, la détection précoce ou même l’anticipation du syndrome du glissement peut lui sauver la vie. Ce phénomène est encore très peu connu du grand public, malheureusement on peut oublier certains signes révélateurs. Pour protéger nos aînés, il faut mieux comprendre le syndrome du glissement et adopter les bons gestes. Retrouvez dans cet article quelques conseils pour prévenir le syndrome de glissement chez les seniors.

Définition du syndrome de glissement

Le syndrome du glissement se caractérise par un changement très brutal du comportement d’une personne âgée, accompagné d’une perte d’autonomie. Même une personne complètement indépendante peut soudainement perdre la volonté de vivre et refuser d’effectuer des activités quotidiennes de base, même si elle était capable de le faire avant le début du syndrome.
Ces signes avant-coureurs ne sont pas à prendre à la légère et représentent un réel danger pour une personne. Le manque d’exercice crée un risque de fonte musculaire, le corps est affaibli en raison d’un manque de nutrition et de soins appropriés, créant un terrain fertile pour les infections, souvent les poumons. Malheureusement, cette situation peut entraîner la mort, qui survient dans plus de 80% des cas. Il est important de préciser que son évolution est très grave, mais non irréversible. Bien que le syndrome du glissement soit mortel dans la plupart des cas, les personnes qui le surmontent peuvent obtenir une rémission complète et reprendre la nutrition, la communication et un bien-être mental amélioré. Les personnes en convalescence auront de meilleures chances de retrouver leur indépendance si l’équipement est découvert et entretenu à temps. Cependant, il faut être vigilant et apprendre davantage sur le syndrome de glissement pour éviter le risque de récidive, qui peut parfois survenir.

Surveillance de la santé

Selon une enquête menée dans une maison de retraite médicalisée de la région de Rabat en 2012, la majorité des personnes âgées atteintes du syndrome du dérapage souffrent de pathologies plus ou moins graves. En effet, selon 60 répondants, 78,33% souffraient d’endocrinopathie, 57% de pneumonie, 43,5% de cardiopathie, 15% d’un précédent AVC.
Dans ce cas, la première étape pour prévenir le syndrome du glissement consiste à surveiller la santé des personnes âgées. Si possible, découvrez quelles sont les caractéristiques de la maladie dont ils souffrent (causes, symptômes, complications, prévention, etc.).

Traitement de la dépression

Selon une enquête de 2012 sur les maisons de soins infirmiers de la région de Rabat, les personnes âgées qui ressentent le besoin de mourir sont déprimées. D’un point de vue étiologique, cependant, la dépression est l’un des déclencheurs du syndrome du glissement, il est donc important de la traiter. Il existe deux solutions possibles pour cela.

  • Psychothérapie, le premier traitement de la dépression. Contrairement au traitement médicamenteux, il est moins dangereux pour les personnes âgées.
  • Traitement pharmacologique consistant à prendre des antidépresseurs. Cependant, renseignez-vous d’abord sur les effets secondaires avant de le prendre. Ces médicaments neuropsychiatriques peuvent provoquer des maladies graves.

Étapes pour éviter la dépression Bien que le syndrome de glissement soit une maladie grave, les étapes suivantes peuvent le prévenir:

  • Proposer des mesures pour maintenir l’indépendance des personnes âgées. Placez les personnes âgées dans un environnement confortable. Le placement en maison de retraite est très efficace à cet égard. Parce que vous avez toutes les ressources pour surveiller votre santé.
  • Donner aux personnes âgées le choix de l’activité à choisir. Prévenez le risque d’infection en suivant des mesures de barrière et en nettoyant régulièrement la zone où vivent les personnes âgées.
  • Organiser des activités de groupe pour éviter le risque d’isolement social responsable de la dépression.
Partagez vos énigmes !


Leave a Reply

Your email address will not be published.

*
*
*