Pour tout comprendre et tout savoirPour tout comprendre et tout savoir

Qui, que, quoi, où, comment et pourquoi ?

Qu’est-ce que l’humusation ?

L’humusation est un nouveau rite funéraire prêt à remplacer l’inhumation et l’incinération. Elle consiste à transformer le corps du défunt en compost, à l’aide de micro-organismes. Ainsi, elle ne requiert ni cercueil, ni tombe, ni utilisation de produits chimiques. Son plus grand avantage est le fait qu’elle soit moins polluante et moins coûteuse que les autres options. De plus, il s’agit d’une technique de remise à la terre douce, respectueuse de la personne et durable.

Comment se déroule l’humusation ?

Pour résumer en quelques phrases le déroulement de l’humusation, eh bien, on transporte tout d’abord le défunt dans un cercueil réutilisable, uniquement enveloppé par un linceul biodégradable et n’ayant pas subi de soins de conservation.
Ensuite, on le dépose sur un lit végétal douillet de 20 cm d’épaisseur et on l’ensevelit par 2m3 de ce même mélange. Ici, il convient de noter que la composition de ce dernier est généralement : le bois d’élagage et lignite finement broyés et gorgés d’eau de pluie avec des accélérateurs de décomposition naturels et quelques pelletées d’argile.
Après environ 3 mois, les os du défunt seront détachés les uns des autres et les humusateurs se chargeront d’enlever les prothèses métalliques, les amalgames dentaires et autres afin de pouvoir tout réduire en poudre et de reformer la butte.
Après environ un an, l’ensemble du corps de la dépouille sera métamorphosé en environ 1,5m3 d’humus sain et fertile et la famille peut s’occuper d’une partie du terreau pour rendre auto fertile l’espace de recueillement.

Quels sont les avantages de l’humusation ?

A la différence de l’enterrement, l’humusation ne nécessite ni cercueil, ni frais de concession dans un cimetière, ni frais de pierre tombale, ni caveau et elle ne demande pas non plus de frais d’embaumement, d’ajout de produits chimiques nocifs, de charge d’entretien régulier de la tombe et d’exhumations par les fossoyeurs.
Mis à part cela, elle évite la pollution des terres et des nappes phréatiques par les perturbateurs endocriniens, la cadavérine, les résidus de médicaments, la putrescine, les pesticides et les produits conservateurs.
Par rapport à l’incinération, l’humusation n’engendre ni de rejets toxiques dans l’atmosphère et dans les égouts, ni de consommation déraisonnée d’énergie fossile, ni de location de columbarium, ni de détérioration de couches superficielles du sol.
Elle crée au contraire un humus riche qui peut être utilisé pour régénérer les terres. Dans chaque région, elle ne requiert qu’un jardin-forêt de la métamorphose entièrement clôturé et sécurisé et un emplacement de 6m² par défunt réservé pour 12 mois.

Partagez vos énigmes !


Leave a Reply

Your email address will not be published.

*
*
*